EN QUOI LA RESPIRATION CONSCIENTE RESTE-T-ELLE UN PROCESSUS DE RENAISSANCE ?
LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Il est intéressant de constater à quel point beaucoup de personnes ne croient pas que la naissance puisse avoir des influences sur la vie, mais qu'elles reconnaissent volontiers, pour leur cas personnel, que leur naissance a directement à voir avec des aspects particuliers de leur personnalité.

Le moment de la première inspiration est toujours un moment douloureux. Le passage du sein maternel au monde extérieur est l'expérience d'un double abandon: celui de la mère et celui d'un espace océanique idéal.

Beaucoup de gens ne croient pas au traumatisme de la naissance. De même beaucoup de personnes ne se souviennent pas de leur naissance. Cela n'est d'ailleurs pas utile. Pas plus que le fait de connaître la respiration et les raisons qui font que nous ne respirons pas convenablement pour apprendre à respirer. C'est parce que ces souvenirs sont liés à la peur et à la douleur que nous avons peur de les rappeler à la conscience. Nous pensons que de revivre ces souvenirs déplaisants sera nécessairement déplaisant. Pourtant ces souvenirs ne sont que des souvenirs.

 

Sans le vouloir consciemment,
que nous le reconnaissions ou non,
nous recréons psychiquement
les conditions de notre naissance.
Du moins tant que nous n'en avons
pas intégré les mémoires.

 

Ainsi, psychiquement, nous continuons à recréer en nous les formes-pensées générées au moment de la naissance. Celles-ci se forment comme un écran entre le monde extérieur et nous. Un écran, ou un filtre, modifiant nos propres perceptions, déformant les informations qui nous viennent du monde extérieur. Ainsi, petit à petit, les informations provenant du monde extérieur sont "colorées", "déformées" par ce filtre. Et ainsi ce que nous appelons la réalité devient notre réalité. Nous croyons que ce que nous percevons est la réalité et nous croyons que le monde est réellement tel que nous le percevons.

C'est pourquoi le souffle et la pensée sont des clés vers le plein épanouissement de notre être.

 

En acceptant les souvenirs liés à la peur,
celle-ci n'a plus de pouvoir sur nous.

 

Le revécu des souvenirs de la conception est aussi très puissant et il libère beaucoup d'énergie. Les souvenirs de la conception sont généralement plus agréables, et aussi beaucoup plus subtils. Leur retour à la mémoire consciente n'est pas directement lié à notre respiration.

 

Ainsi, les mémoires liées à notre conception
et à notre naissance
remontent à notre conscience.

 

Voici le point qui nous intéresse tout particulièrement. Comment se fait-il que la respiration libère des mémoires de la naissance?

Le moment de la naissance est le moment de la première inspiration. C'est à ce moment précis que nous avons appris à respirer. C'est la première expérience, en tant qu'être autonome, de la vie aérienne. La première inspiration est le moment où les poumons s'ouvrent pour laisser entrer l'air et cette première sensation est douloureuse. En effet, l'air ambiant provoque une sensation de brûlure. Même lorsque la naissance est douce, cette sensation est intense.

 

La respiration donne aux mémoires du corps
le combustible dont elles ont besoin pour s'intégrer.

 

La douleur cristallisée dans ces mémoires a reçu l'oxygène et l'énergie nécessaires pour se dénouer, pour que ces mémoires prennent leur vraie place. C'est ce qui se passe lors de l'intégration d'une mémoire.

La respiration redonne à une mémoire
l'énergie dont elle a besoin
afin qu'elle se libère
de ses masses négatives.