Les applications du Rebirthing
LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Au début, les personnes entreprennent ce travail dans une orientation personnelle précise. Celle-ci se situe généralement dans le domaine thérapeutique ou ce que nous appelons aussi la croissance personnelle. Entre les premières séances guidées et la pratique autonome régulière, il peut se passer d’une à deux années, selon les personnes. Avec le temps et la pratique, l'expérimentation de la conscience respiratoire et le développement de la confiance en soi, ce processus peut se poursuivre de façon autonome, sans l'accompagnement systématique du praticien.

 

Les apports de la pratique et ses applications

La pratique de la Respiration Consciente couvre les domaines de la thérapie, du développement personnel et de la méditation. Elle ne concerne donc pas uniquement les personnes qui "ont des problèmes", mais aussi celles qui désirent donner une qualité particulière à leur vie quotidienne. Chacun peut y trouver ce qu'il recherche, et cela de façon simultanée dans plusieurs domaines.

 

BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Domaine de la santé
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Les dépendances
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) L'accompagnement des personnes en fin de vie
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Domaine de la thérapie personnelle
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Domaine du développement personnel

 

 

Les obstacles à la pratique

Ces obstacles peuvent être, pour la plupart, le lot de toute pratique de développement personnel au sens large du terme. Ils se révèlent clairement dans la pratique de la Respiration Consciente, sous forme d'attitudes personnelles ou d'habitudes respiratoires. Une attention particulière peut être portée sur ces dernières.

BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Garder le contrôle
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Réprimer les ressentis
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Résister au changement
BoutonlogoRC.jpg (718 octets) Les habitudes respiratoires

 

En conclusion

La peur de la respiration, les difficultés respiratoires, l'endormissement, l'inertie, la peur de s'investir dans un processus ou dans une relation thérapeutique, la pulsion de mort, le fait de se sentir en insécurité, d'être confronté à la Loi Personnelle, la tendance à l'autosabotage, le fait de prendre des antidépresseurs, un âge avancé, une grossesse, etc., ne sont aucunement des obstacles au processus. Ce sont bien au contraire des indications qui peuvent être l'objet même de la motivation à entreprendre cette démarche.

Reconnaître ces indications comme étant des invitations est le garant d'un bon départ vers ses objectifs.