Existe-t-il une différence entre la Respiration Consciente et le Rebirth ?

Oui, absolument, et les professionnels qui tentent d’associer et d'assimiler les deux termes "Respiration Consciente" et "Rebirth" entretiennent une confusion qui n’a pas lieu d’être.

Dès le tout début des années quatre-vingt, nous — Anne-Marie de Vinci et Urwana Shandar — nous sommes démarquées de l’ensemble du mouvement "Rebirth" français car nous n’étions pas en accord avec les développements particuliers de leur utilisation du Rebirthing.

Contrairement à notre travail, que nous commencions à nommer déjà "Respiration Consciente" dès 1983, le Rebirth était utilisé comme une technique régressive, cathartique et pratiquée avec beaucoup d’improvisations ou d'approximations — sans doute par manque de formation spécifique, à l'origine.

En fait, le Rebirth, tel qu'il était pratiqué et enseigné alors en France, était même assez différent de la technique que Leonard Orr avait lui-même conçue. Nous en avons pris conscience lorsque Leonard est venu présenter sa méthode en France pour la première fois.

Grâce à tout notre travail de recherche et nos observations cliniques — aussi bien au cours des milliers de séances individuelles données que durant les formations et séminaires — ainsi qu’aux échanges nombreux, fructueux et amicaux avec Leonard Orr, Sondra Ray, le docteur Eve Jones et quelques autres formateurs internationaux que nous avons invités en France tout au long des années quatre-vingt, nous avons fait évoluer le Rebirthing en un processus très spécifique, précis, élaboré et clairement défini, que nous enseignons sous le nom de "Respiration Consciente". Il s'agissait d'une véritable démarche créative et innovante qui a permis de développer la technique vers une approche qui nous devenait tout à fait spécifique.

Nous avons choisi le nom "Respiration Consciente" au milieu des années quatre-vingt — le terme n’étant directement associé ni à Leonard Orr, ni à aucune autre de ces personnes "pionnières", et de plus, n’étant spécifiquement utilisé par aucune de toutes ces personnes, ni aucun psychothérapeute ou formateur en France.

Tout en conservant à ce processus du souffle son caractère transformateur, radical et profond, nous en avons fait une technique sécuritaire, confortable, non-régressive, non-cathartique, intégrative et visant l’autonomie des personnes - et cela, grâce au processus particulier que nous avons patiemment mis au point au fil des années. À ce jour, cela reste encore une des spécificités caractéristiques de la Respiration Consciente.

En effet, dès les années 1984-1985, nous avons conçu un processus original pour transformer le Rebirthing en un outil non-cathartique, doux, puissant et précis, remarquablement efficace, afin de ne pas le limiter à un emploi exclusif dans les domaines de la thérapie et du développement personnel. Nous avons fait alors connaître la Respiration Consciente autant auprès des sportifs de haut niveau que du personnel médical et paramédical investi dans l’accompagnement des femmes enceintes et la préparation à l’accouchement, des personnes souffrant d’épisodes asthmatiques que des personnes intéressées par un développement spirituel dans le cadre de leurs pratiques méditatives, des enfants et adolescents pour la gestion de leur énergie que des couples en difficulté ou l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Nos observations consciencieusement consignées, attentives et approfondies, notre pratique régulière de la méditation depuis la fin des années soixante et notre démarche intuitive vers l'utilisation privilégiée du cerveau droit sont des éléments très spécifiques également qui ont construit pas à pas et édifié progressivement la Respiration Consciente.

D'ailleurs, au fil de notre pratique et enseignement de la Respiration Consciente, nous avons vu à quel point nos choix originaux, déjà présents dès les années quatre-vingt et qui allaient même alors à l'encontre de ce qui était pratiqué lors des séances de "Rebirth", sont aujourd'hui évidents, justes et "explicables" à la lumière des recherches de ces dernières années sur le cerveau et sa neuroplasticité, et également sur les effets de la "méditation de la pleine conscience" sur la santé intégrale.

Lors de nombreuses rencontres avec Leonard Orr, entre 1981 et 2000, nous avons longuement exposé le fruit de nos recherches, les raisons de nos choix pour cette pratique spécifique. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de constater que Leonard Orr a adopté dans sa technique de Rebirthing (ou Breathwork-Rebirthing) quelques-unes des caractéristiques spécifiques de la Respiration Consciente telle que nous l’avons conçue.
En particulier, la prévalence de la respiration par le nez, que nous préconisions dès le début des années quatre-vingt, est l’un de nos apports essentiels qui caractérisent la Respiration Consciente. Ce n’est que dans les années 2000 que Leonard Orr a intégré vraiment cet apport à sa technique Rebirthing — après de longues heures de discussion entre nous, au coin du feu.

La Respiration Consciente se distingue encore en 2013 de la pratique du Rebirthing telle que la définit Leonard Orr dans le dernier livre publié et destiné aux professionnels du Rebirthing, sur quelques points essentiels - et continue à se différencier très largement du Rebirth.

 

Origine probable de la confusion entre "Respiration Consciente" et "Rebirth" en France

Jusqu'en 2007, et donc pendant 25 ans, notre Institut de Formation était le seul à proposer une formation de Praticiens en Respiration Consciente. Nous étions les seules personnes, nous-mêmes et les centaines de praticiens formés à la Respiration Consciente au cours toutes ces années, à utiliser la dénomination "Respiration Consciente" pour définir notre travail et son originalité. Nous étions spécifiques dans notre présentation. Anne-Marie de Vinci avait écrit en 1992 le livre qui présentait les caractéristiques de la Respiration Consciente, expliquant en quoi elle se différenciait du Rebirthing et surtout du Rebirth ;  en cohérence, notre site Web www.respirationconsciente.com, créé en 1998, était le seul sur la toile à utiliser cette dénomination "Respiration Consciente". Donc, tout était clair, posé et aucune confusion n’était possible.

Bien entendu, nous avions l'occasion, surtout depuis le début des années quatre-vingt-dix, de voir des psychothérapeutes ou des écoles de formation dupliquer nos propos et programmes, et ceci, sans faire référence à nos travaux — mais avec, au moins, la réserve et la convenance de ne pas s'approprier les termes qui étaient les nôtres et qui définissaient notre pratique originale.
Nos programmes, nos exercices, nos textes mêmes, circulaient et se trouvaient régulièrement repris, et dans les années 2000, Internet n'a fait que faciliter cette pratique de duplication ‘raisonnée’ voire parfois même de véritables ‘copier-coller’.

En 2006, Leonard Orr est venu nous rendre visite à Paris pour quelques jours au cours desquels nous avons organisé une rencontre avec un journaliste de Psychologies Magazine qui désirait le rencontrer.
Quelques mois plus tard, en décembre 2006, paraissait un article qui, malheureusement, assimilait bien trop le Rebirthing et la Respiration Consciente, allant même jusqu’à mettre certains des propos d’Anne-Marie de Vinci comme étant des réponses faites par Leonard Orr. Cela a créé une profonde confusion concernant les termes et les spécificités des deux approches — confusion qui perdure, hélas, et qui est même entretenue par certaines personnes qui pratiquent le Rebirth et qui se sont autoproclamées, du jour au lendemain, "praticiens en Respiration Consciente" — reprenant toute la terminologie qui était spécifique pour désigner notre enseignement et nos activités — et assimilant, alors, les deux termes de "Respiration Consciente" et de "Rebirth" sur leurs sites ou leurs dépliants.

Il peut être utile de savoir que, jusqu'à 2006, les personnes qui donnaient des séances de "Rebirth" ou le "Rebirthing" dans le cadre de leurs activités professionnelles se nommaient « Rebirtheurs ». Ce terme avait été largement adopté et diffusé, et parfois le terme de "Rebirth-thérapeute" était utilisé. Depuis de très nombreuses années, nous utilisions le terme spécifique de "Praticien en Respiration Consciente". Nous formions donc des "Praticiens en Respiration Consciente", les seuls à être ainsi désignés - avant que même ce terme ne soit repris par une autre école qui s'est permis de s'accaparer l'ensemble de notre terminologie, jusqu'au nom du site Web.

En effet, dès la fin 2006, parfois avec une certaine "audace inconvenante, non-éthique et discourtoise", certains "rebirtheurs" ont commencé à s’emparer du terme "Respiration Consciente" que nous avions préservé depuis plus de 25 ans, tant pour son travail très spécifique, ses développements en milieu professionnel et le haut niveau de qualité reconnu de la pratique, hors des pratiques de type sectaire dans lequel le Rebirth continue à s’inscrire quelquefois.

Il est donc facile de comprendre pour quelles raisons ces personnes ont recherché délibérément à naviguer dans notre sillage, au plus près, en reprenant les noms, les termes et même les explications qui définissent pourtant le travail spécifique qui est le nôtre depuis bientôt 30 années.

Il est vrai que le mot "Rebirth" avait été parfois associé à des pratiques non professionnelles, très fantaisistes voire "dangereuses", et ces personnes, formées à une technique nommée jusque-là "Rebirth", ne voulaient plus être associées à ce terme à cause de sa mauvaise image. Cela ne justifie pas pour autant qu'elles puissent utiliser des termes qui sont nôtres pour profiter d'une renommée acquise par le sérieux de notre travail et de nos formations.

Il est malheureux que ces personnes, et même ces écoles, n'aient pas eu la créativité suffisante, contrairement à d'autres personnes ou écoles, pour concevoir un nom spécifique, une terminologie qui leur était propre — et n'ont fait que reproduire les termes et les propos d'une approche qui est différente de la leur — induisant ainsi une confusion très regrettable et même préjudiciable à notre travail.

Puis, en 2011, ce même journaliste a voulu faire un article spécifique sur la Respiration Consciente et a demandé une fois encore à Anne-Marie de Vinci de collaborer à la rédaction du contenu. Notre désir était de voir se clarifier la confusion qui s'installait alors entre "Respiration Consciente" et "Rebirth".
Au lieu de cela, sans doute emporté par son enthousiasme, le journaliste est allé jusqu’à écrire que Leonard Orr lui-même utilisait le terme "Respiration Consciente" pour définir sa méthode — ce qui est complètement faux puisque depuis plus de 35 ans il conserve le nom "Rebirthing", auquel il a ajouté depuis quelque temps le terme "Breathwork", quel que soit le pays où il séjourne. Notons que le centre de formation de Leonard Orr est encore nommé « Rebirth International ».

 

En résumé, la Respiration Consciente est le fruit d’un réel développement de la méthode de Rebirthing effectué par Anne-Marie de Vinci et Urwana Shandar, et cette approche n’a pas grand-chose à voir avec le Rebirth — quoi qu’en disent les personnes formées par les écoles qui enseignent le Rebirth. Malheureusement pour l’image de la Respiration Consciente — une méthode saine, sobre et particulièrement efficace — et pour la confusion que cela peut générer, ces écoles pratiquant le Rebirth utilisent, de façon erronée et abusive, le terme "Respiration Consciente" depuis quelques années.

Rançon de la renommée ou manque de créativité de la part de certains professionnels francophones qui pratiquent le "Rebirth", il est dommageable que le terme "Respiration Consciente" soit ainsi abusivement utilisé maintenant par ces professionnels, trompant alors des personnes mal informées.

Le Rebirthing, depuis sa création par Leonard Orr au début des années soixante-dix, a donné naissance à de nombreux termes pour définir les approches spécifiques des différents "pionniers" de cette technique. Cela est sain, naturel, constructif, et très clairement adopté dans différentes parties du monde où le "Rebirthing", dans ses différentes évolutions, est pratiqué.

En France, quelques praticiens du Souffle, sans doute plus intègres et créatifs, utilisent d'ailleurs des termes qu'ils ont choisis pour définir leur approche particulière du Rebirthing. Malheureusement, depuis 2007, vraisemblablement pour profiter de la bonne renommée de la Respiration Consciente, de nombreux praticiens et même quelques formateurs n’ont pas hésité à reprendre à leur compte le terme de Respiration Consciente, oubliant probablement qu'il ne suffit pas de changer un nom sur un site Web ou dans un dépliant pour appréhender toute la richesse, la subtilité et les spécificités de l'approche définie par le terme soudainement "subtilisé".

Compte tenu de l’ampleur de cet emprunt incontrôlé, nous avons dû déposer à l’INPI, en tant que marque, le terme "Respiration Consciente", tel que le livre éponyme écrit en 1992 par Anne-Marie de Vinci en définissait les modalités de pratique.

Seuls l’Institut Français de Respiration Consciente dirigé par Urwana Shandar et Anne-Marie de Vinci, et les praticiens formés par cette école, peuvent garantir la pratique authentique de la Respiration Consciente.

L’IFRC assure une formation professionnelle de qualité aux personnes désirant devenir praticiennes en Respiration Consciente. Afin de garantir et de pérenniser l’essence même de la Respiration Consciente et ses spécificités, la dénommination de « Praticien en Respiration Consciente » est réservée aux personnes ayant suivi une formation complète de deux années (Formation de Base et Formation Avancée) et continuant à se former régulièrement auprès de l’IFRC. Pour devenir Praticien Certifié, les Praticiens en Respiration Consciente suivent une année de formation supplémentaire qui inclut un suivi auprès de l’IFRC, la Supervision et l’Analyse de Pratique puis une formation continue au-delà de cette troisième année.